Les « Familles à Alimentation Positive »

En France la cuisine est un sujet qui touche tout particulièrement à l’identité, à la fierté. Dans ces conditions, prétendre faire évoluer les pratiques alimentaires (saison, proximité, bio etc…) peut être perçu comme une intrusion. Aussi, quelques soient les populations que l’on souhaite accompagner, les objectifs fixés et la méthodes doivent être calibrées avec délicatesse et humilité… pour espérer des résultats ambitieux. Le programme Défi familles à alimentation positives, que s’apprête à lancer le GRAINE Centre-Val de Loire (réseau régional d’éducation à l’environnement) semble avoir compris cet enjeu. L’un des signes qui permettent d’être optimiste à propos de ce programme est son choix de passer par les centres sociaux et associations locales : ils inviteront eux-mêmes les familles à participer à ce défi, afin de toucher un très large public, y compris les familles défavorisées. Il s’agit du premier Défi Familles à Alimentation Positive à l’échelle de la région Centre-Val de Loire. 150 familles du territoire seront amenées à se questionner sur leurs habitudes alimentaires, découvrir l’alimentation biologique, locale et de saison, comprendre les enjeux environnementaux et de santé liés à cette thématique et s’approprier de nouvelles pratiques. Les organisateurs parient sur une approche ludique, ancrée localement et adaptée à chaque foyer, pour la prise en compte de ces enjeux. Les objectifs visés semblent atteignables : accompagner les familles vers +30% de produits biologiques et +20% de produits locaux dans leurs achats, sans alourdir le budget qu’ils allouent habituellement à l’alimentation. Plus largement il s’agit de rendre accessible à tous la possibilité de « bien manger », d’impulser une transition alimentaire et agricole afin d’avoir un impact sur la pollution des eaux et des sols en consommant des aliments sans pesticides, mais aussi de favoriser le lien social, entre consommateurs et producteurs comme entre les consommateurs. A terme, cela pourrait aboutir à la mise en place d’AMAP, de Cantines des parents, de jardins partagés etc… Une action à suivre de prêt !

Share Button