bio dans les étoiles

Brèves de Mai

Isara-une

 

1/ Venez nombreux à notre conférence le 1er juin à Lyon !

Elle se tiendra à l’Isara qui co-organise, avec la Fondation Ekibio, une table ronde sur le thème « La bio fait-elle évoluer l’industrie agro-alimentaire ? ». Parmi les questions posées nous nous demanderons en quoi la bio se distingue-t-elle dans ses méthodes de transformation ? Ces dernières années quelles mutations la bio a-t-elle stimulées dans l’industrie classique ? Comment ? Quels exemples concrets ? A quel avenir le secteur bio est-il promis ? Un panel de cinq experts (chefs d’entreprises, agriculteur, leader associatif…) débattra de ces thèmes en se référant à une expérience de terrain.

Pour en savoir plus : http://www.isara.fr/Agenda/La-Bio-fait-elle-evoluer-l-industrie-agroalimentaire

 

2/ Attention aux emballages alimentaires !

Les emballages en papier et en carton qui contiennent des huiles minérales sont susceptibles de contaminer les aliments avec lesquels ils sont en contact. En effet selon une étude récente de l’ANSES certains encres et adhésifs en contiennent et il est nécessaire de prendre des mesures pour en réduire l’usage et limiter l’exposition du consommateur. Cette étude apporte une véritable avancée : « C’est un rapport que l’on attendait depuis plusieurs années. Nous avons interpellé les industriels ainsi que les ministères concernés. Ils étaient sensibles à la question mais attendaient l’avis de l’Anses », explique Karine Jacquemart, directrice générale de Foodwatch, association de défense des consommateurs.

 

3/ La viande et le poisson surgelés n’ont plus la cote.

Tel est le constat d’une étude commandée par le Syndicat des entreprises de glaces et surgelés. Les Français achètent moins de produits de la mer surgelés (-7,7% en volume) et moins de viandes, volailles et gibier (-3% en volume alors que la baisse s’était déjà amorcée deux ans auparavant). Les observateurs indiquent que les scandales alimentaires concernant les plats préparés, ainsi que la contamination des poissons aux métaux lourds, participent largement à ce mouvement. Par ailleurs le nombre de végétariens s’accroit notamment pour des raisons de sensibilité écologique et de recherche d’une alimentation plus saine.

 

Share Button

Graines de troc

Photo_GDT-une

A l’occasion de la dernière conférence de Vandana Shiva donnée à la Rochelle au Biopôle de Léa Nature à la mi mai, la grande dame indienne a été impressionnée par l’action de l’association Graine de Troc et nous aussi. C’est une plate-forme en ligne où chacun peut proposer et échanger ses graines, en constituant tous ensemble une collection commune. Chaque envoi de graines permet d’obtenir un jeton et donne la possibilité de choisir parmi les variétés de la collection. « L’occasion de partager nos richesses et de faire l’expérience d’un autre mode d’échange, explique Sébastien Wittevert, animateur de l’association, mais aussi de sortir nos graines des placards » ajoute-t-il. L’association relaie également l’action des trocs locaux, et les met en contact les uns avec les autres.

Cette initiative force le respect : depuis son démarrage il y a exactement cinq ans près de 17.000 troqueurs venus de 69 pays ont rejoint le réseau, mais ce n’est pas tout : une liste de 6367 variétés est disponible, et  42156 échanges ont eu lieu. Enfin – cerise sur ce trésor de semences libres : 400 grainothèques ont ouvert dans le sillage de cette association ! Bravo à Graines de Troc !

Pour en savoir plus : http://www.grainesdetroc.fr

Share Button

Appel au droit à bien manger

droit-a-manger

« Nous vivons aujourd’hui une véritable fracture alimentaire. Tandis qu’une frange privilégiée de la population a accès à une éducation du goût et à des produits de qualité, la majorité des citoyens est soumise à un paysage de consommation dicté par la grande distribution. Cette fracture est certes largement liée au niveau des revenus du foyer et aux catégories sociales, mais elle est aussi profondément culturelle. Elle est liée à une certaine idée de la place de l’alimentation dans la vie, à une culture des goûts qui se construit dès l’enfance, à un savoir-faire qui se transmet ou s’apprend, à une cuisine du quotidien rapide, goûteuse, et saine. »

Telle est l’introduction de l’Appel au droit à bien manger lancé par quelques personnalités dont Olivier Roellinger et le collectif A tabula. Un appel qui a retenu notre attention et que nous vous invitons à signer tant il recoupe les engagements de la Fondation Ekibio. En effet, comme l’explique la suite de cet appel : « Une autre fracture sépare le monde agricole des consommateurs. L’industrialisation massive de l’agriculture française aboutit à ce paradoxe : la plupart des agriculteurs, soumis à la culture intensive, ne nourrissent plus leurs concitoyens. La course à la productivité, à l’export, et aux tarifs les plus bas, a eu pour conséquence l’anéantissement de l’agriculture vivrière de nombreux pays. Peut-on accepter que nos enfants et petits-enfants ne disposent ni de la qualité, ni de la diversité alimentaire qui sont encore fragilement les nôtres aujourd’hui ? Peut-on accepter que notre alimentation et ses modes de production soient cancérigènes et sources de maladies quand elle devrait apporter santé et bien- être ? Peut-on accepter de léguer aux générations futures des territoires pollués? Comme tant d’espèces animales en voie de disparition, des milliers de variétés de fruits, légumes et poissons, sont progressivement rayés de notre carte alimentaire. Nous ne pouvons nous résigner à manger ce menu unique, offrant pour seule abondance des produits uniformisés et insipides, au détriment de notre santé. »

Lisez cet appel dans son ensemble, faites le connaître autour de vous et venez rencontrer certains de ses signataires à La Bio dans les Etoiles, les 6 et 7 avril à Annonay. Le droit au bien manger pour tous les citoyens n’est ni un luxe ni une utopie : il est possible et impératif de mettre en place des actions concrètes pour défendre une alimentation goûteuse et saine, ainsi qu’une agriculture qui soit durable pour ses producteurs comme ses consommateurs, pour les hommes comme pour la Terre.

Signez l’appel ici : http://www.atabula.com/appel-au-droit-a-bien-manger/

Share Button

Leur action change le monde : rencontrez les à La Bio dans les Etoiles

bio-dans-les-etoiles-2017

La Fondation Ekibio a l’immense chance d’être entourée d’un réseau de personnes et d’organisations qui ne se contentent pas de déplorer la crise écologique, mais agissent de manière concrète et pragmatique pour qu’une véritable transition s’opère. Une grande partie d’entre eux seront présents à la Bio dans les Etoiles sur les stands installés sur la Place des Cordeliers. Vous pourrez découvrir tout le génie des outils utilisés en permaculture avec Les Jardins de Montalivet, fabriquer des crêpes à partir de grains de blé avec La Soupape, gouter du pain paysan issu de semences libres avec Semences Paysannes, participer à un atelier culinaire avec Angélique Ponçonnet ou à un jeu de reconnaissance culinaire avec Agrobioardèche… Venez nombreux au théâtre d’Annonay et sur la place des Cordeliers les 6 et 7 avril rencontrer ces organisations formidables qui œuvrent à sensibiliser le grand public à l’intérêt de développer une agriculture locale et vivrière, de cuisiner des produits bruts et sains, à la possibilité de cuisiner bio à budget constant…

http://www.labiodanslesetoiles.com

Share Button

Le potager de mon grand père

le-potager-de-mon-grand-pere-sl

Ceux qui ont vu ce film savent à quel point il est touchant. C’est pourquoi nous avons souhaité le projeter à l’occasion de la Bio dans les Etoiles les 6 et 7 avril au théâtre d’Annonay. Le scénario ? Un grand père décide de se remettre à jardiner afin d’oublier la perte de sa femme. Son petit-fils (le réalisateur Martin Esposito) le filme en train de travailler dans son potager, de la graine à la récolte. De ses mains expertes et sans pesticides, l’homme de 85 ans parvient à faire pousser des quantités de magnifiques légumes. Le décor et le contexte finalement banals sont une toile de fond idéale pour mettre en relief un trésor de savoir-faire, d’humilité et de pratiques ancestrales. Le tout est ponctué de fou-rires tant le personnage du grand père est truculent, tout comme sa relation avec son fils réalisateur venu là avec ses a priori citadins. Un magnifique moment que nous vous invitons à partager.

La Bio dans les Étoiles 2017

Share Button