New York : la grosse pomme de l’agriculture locale

Square_Roots_NYC-UNE

Si de prime abord tout porte à voir cette ville comme un univers de béton envahi par les voitures et dont l’horizon est bouché par d’immenses immeubles, ce cliché est de moins en moins pertinent. Les expériences d’agriculture urbaine se multiplient avec pour objectif de rendre cette pratique plus réaliste d’un point de vue économique, sociale et écologique. Comme par exemple cette ferme urbaine constituée de bacs sur un parking de Brooklyn et soutenue par un incubateur rassemblant et soutenant les jeunes entreprises. Les porteurs de projet se voient ici mettre à disposition tous les équipements nécessaires pour développer leur production et leurs filières locales.

Contrairement aux apparences New York offre un terreau particulièrement fertile pour ces projets agricoles. La terre est certes rares, mais les moyens et la motivation, eux, se manifestent très concrètement : les new-yorkais ont un niveau de revenu et des attentes qui les conduisent à dépenser des sommes plus importantes pour s’approvisionner avec la certitude de contribuer à une économie plus locale, plus juste et plus écologique. Un sachet de salade peut se vendre sept dollars sans que les acheteurs ne rechignent.

Si ces initiatives contribuent à reverdir des zones bétonnées, les techniques utilisées ne sont pas toujours réalistes du point de vue agricole : certaines emploient des éclairages énergivores, d’autres poussent à la verticale avec des méthodes couteuses et complexes… Le manque d’espaces appropriés reste criant. Mais ce mouvement est-il seulement destiné à produire ou bien a-t-il également une forte vocation de sensibilisation des citoyens ? La réponse va de soi : mieux qu’une campagne publicitaire tapageuse par voie d’affiches ou de spots publicitaires, ces jardins se fraient un passage dans la ville et rappellent aux citadins que la nature est là et réclame toute notre attention.

Share Button