Mes conserves artisanales

03-NL8

Vous disposez d’une cave, d’un grenier, d’une remise ou d’un jardin ? Pourquoi ne pas en profiter pour pratiquer les nombreuses méthodes de conservations artisanales et économes dont certaines existent depuis si longtemps ? Une cave fraîche humide et bien aérée, un garage ou un cellier permettent par exemple de conserver des pommes, les pommes de terre et des choux. Certains légumes racines peuvent aussi être remisés dans une caisse remplie de sable, de terre bien sèche ou de tourbe. Quant à l’ail et aux oignons une fois tressés ils peuvent être suspendus au grenier.

La préparation de conserves pasteurisées est une autre option qui prend plus de temps. Elle permet aux potagistes de conserver leurs surplus pour les déguster en hiver mais elle nécessite de suivre scrupuleusement une méthode : avant de s’y mettre mieux vaut consulter un ouvrage tel que « Les conserves naturelles des 4 saisons », aux éditions Terre Vivante ou un site spécialisé, c’est plus prudent.

Il existe aussi d’autres techniques telles que le séchage des fruits ou des légumes, qui peut se faire au soleil tout simplement. La conservation dans l’huile (fromages de chèvre, tomates séchées…), la lactofermentation (choucroute), la conservation dans le vinaigre (oignons), les sirops et confitures (fruits) sont d’autres pratiques trop peu répandues. Comme la pasteurisation, les risques existent et l’application d’une méthode est essentielle. Tous en cuisine !

Share Button