L’écologie sur le devant de la scène

regis-marconLa prise de conscience des citoyens sur les thèmes de l’alimentation et de l’écologie s’accélère. Cette tendance se manifeste à travers des signes aussi variés que la présence accrue de ces thématiques dans les médias ou le choix d’aliments bio dans les repas des citoyens, des cantines et des restaurants. Ici à la Fondation Ekibio le succès de notre festival (merci à tous!) et le nombre croissant de lecteurs de cette newsletter témoignent aussi de cette accélération. L’agenda de nos parrains est un autre signe qui ne trompe pas : les adeptes du bio sont recherchés et actifs.

Régis Marcon a récemment confirmé qu’une Cité de la Gastronomie ouvrira sous son égide à Lyon, en 2018. Elle comprendra notamment 900 mètres carrés de marchés de terroirs, 2900 mètres carrés d’espaces destinés à des ateliers de cuisine et des conférences et 2700 mètres carrés de commerces. Régis Marcon a réitéré avec ferveur son attachement à la cuisine bio, lors de la dernière Bio dans les Etoiles et les citoyens lyonnais devraient donc trouver à la Cité de la Gastronomie des produits bio et locaux et des ateliers pour apprendre les gestes quotidiens d’une cuisine plus écologique. Notre parrain Eric Julien lance quant à lui une série d’événements dont une traversée à la voile à la rencontre des Indiens Kogis en vue de mieux faire connaître les valeurs de ce peuple resté en prise directe avec la nature, y compris dans leurs habitudes alimentaires (lien vers site du projet). De son côté, le président de la Fondation Didier Perréol continue de porter la voix de l’alimentation bio, que ce soit auprès du grand public avec la sortie de son nouveau livre « Entreprendre pour un nouveau monde » qu’à travers ses prises de paroles et ses mandats : il vient d’être élu à la tête de l’Agence Bio, Groupement d’Intérêt Public dont les missions sont de contribuer au développement et à la promotion de l’agriculture biologique française.

Puissent ces acteurs du changement faire avancer la cause écologique et notamment l’alimentation, à l’approche d’un sommet climatique où il n’a jamais été autant question des relations entre notre cuisine quotidienne et le climat.  

Share Button