Brèves de Mai

Isara-une

 

1/ Venez nombreux à notre conférence le 1er juin à Lyon !

Elle se tiendra à l’Isara qui co-organise, avec la Fondation Ekibio, une table ronde sur le thème « La bio fait-elle évoluer l’industrie agro-alimentaire ? ». Parmi les questions posées nous nous demanderons en quoi la bio se distingue-t-elle dans ses méthodes de transformation ? Ces dernières années quelles mutations la bio a-t-elle stimulées dans l’industrie classique ? Comment ? Quels exemples concrets ? A quel avenir le secteur bio est-il promis ? Un panel de cinq experts (chefs d’entreprises, agriculteur, leader associatif…) débattra de ces thèmes en se référant à une expérience de terrain.

Pour en savoir plus : http://www.isara.fr/Agenda/La-Bio-fait-elle-evoluer-l-industrie-agroalimentaire

 

2/ Attention aux emballages alimentaires !

Les emballages en papier et en carton qui contiennent des huiles minérales sont susceptibles de contaminer les aliments avec lesquels ils sont en contact. En effet selon une étude récente de l’ANSES certains encres et adhésifs en contiennent et il est nécessaire de prendre des mesures pour en réduire l’usage et limiter l’exposition du consommateur. Cette étude apporte une véritable avancée : « C’est un rapport que l’on attendait depuis plusieurs années. Nous avons interpellé les industriels ainsi que les ministères concernés. Ils étaient sensibles à la question mais attendaient l’avis de l’Anses », explique Karine Jacquemart, directrice générale de Foodwatch, association de défense des consommateurs.

 

3/ La viande et le poisson surgelés n’ont plus la cote.

Tel est le constat d’une étude commandée par le Syndicat des entreprises de glaces et surgelés. Les Français achètent moins de produits de la mer surgelés (-7,7% en volume) et moins de viandes, volailles et gibier (-3% en volume alors que la baisse s’était déjà amorcée deux ans auparavant). Les observateurs indiquent que les scandales alimentaires concernant les plats préparés, ainsi que la contamination des poissons aux métaux lourds, participent largement à ce mouvement. Par ailleurs le nombre de végétariens s’accroit notamment pour des raisons de sensibilité écologique et de recherche d’une alimentation plus saine.

 

Share Button