Acheter moins et mieux

04-NL8

Telle est la tendance forte que semblent suivre un nombre croissant de consommateurs. Une bonne nouvelle annoncée par une récente étude du panéliste Kantar WorldPanel. Les chiffres obtenus montrent que, dans le secteur alimentaire, casser les prix ne suffit plus à la grande distribution pour enrayer la désaffection de sa clientèle. Le prix n’est plus le critère tout puissant qu’il était auparavant : le baisser ne suffit plus à gonfler les volumes vendus. Cette variable n’arrive qu’en sixième position pour déterminer le choix d’une enseigne, loin derrière la proximité. «  Il y a une cassure depuis 2008, avec une moindre sensibilité prix » complète Gaëlle Le Floch, directrice des études stratégiques chez Kantar. Elle constate parallèlement un engouement des consommateurs pour les produits sains, naturels et de qualité. Plus précisément les économies réalisées sur les prix en baisse sont réinvesties dans des articles de meilleure qualité. Cela relève d’une transition de la quantité vers la qualité, la santé et l’environnement. Les consommateurs ne sont plus dupes et connaissent de mieux en mieux les couts sociaux, écologiques et sanitaires que cachent les fameux « prix cassés » : les délocalisations et les crises agricoles provoquent la précarité, l’agriculture intensive souille les sols et nuit à notre santé. Or ces nuisances ont un prix qui, s’il n’est pas payé en caisse par le consommateur, se retrouvera in fine au bas de sa feuille d’impôts. La prise de conscience dont témoigne cette étude est un bon présage pour l’avenir !

Share Button