Archives mensuelles : octobre 2015

Un guide pratique et passe-partout

Fondation-ekibio-NL6-01

  Nos modes de vie pressés ont, en deux générations, fait de la cuisine familiale une pratique en voie de disparition tandis que les plats préparés et autres produits très transformés ont envahi nos cuisines. Sous prétexte de faciliter la vie des citoyens cette mutation a réduit la liberté de choisir précisément le contenu de leurs assiettes. Réapprendre la cuisine et utiliser des produits peu transformés permet de se réapproprier un levier stratégique pour sauver la planète : notre alimentation. Si comme le dit Pierre Rabhi, cultiver son potager est le premier geste pour changer le monde, alors il faut aussi savoir cuisiner des aliments bruts. Mais, plus précisément : que manger pour protéger la planète et comment préparer nos repas ? C’est la question à laquelle répond le guide que nous venons de publier : « Guide de la Cuisine Ecologique : au delà des achats responsables, des réflexes écologiques, sains et économiques ».

  Ce petit ouvrage d’une quinzaine de pages se glisse partout : aussi bien dans un sac de courses que sur le plan de travail de votre cuisine. Du reste, il couvre le parcours des aliments depuis leur lieu de vente jusqu’à nos assiettes. On y découvre comment mieux évaluer ses besoins, choisir son approvisionnement, sélectionner les aliments à acheter (fruits, légumes, céréales, poissons, oeufs etc…) en fonction de critères écologiques et de santé, mais sans se ruiner. Ce guide nous montre aussi les grands principes de la confection d’un repas écologique, y compris le dosage, la cuisson et les ustensiles à utiliser. Pour l’écrire nous avons sollicité toute la science de nos parrains dont la plupart sont de grands experts. Claude Aubert (auteur de nombreux livres et co-fondateur de Terre Vivante), François Veillerette (ancien président de Greenpeace France et de Générations Future), Gilles Eric Séralini (Criigen) ou encore Philippe Desbrosses (Ferme Sainte Marthe) nous ont aidés à la rédaction de ce guide. Vous pouvez vous le procurer en le téléchargeant ici.

Régalez-vous c’est bon pour la planète, votre santé et le porte monnaie !

Share Button

Emmaüs cuisine écologique avec la Fondation Ekibio

Fondation-ekibio-NL6-02-emmaus

Le site Emmaüs de Lescar Pau est une oasis de solidarité et d’écologie, un lieu à part. Les 130 compagnons présents animent un véritable village, une microsociété vouée à la lutte contre l’exclusion : l’association accueille des personnes en grande difficulté qui retrouvent du travail grâce au tri et au recyclage. Les habitants de ce site qui génère ses propres revenus ont décidé récemment de cultiver et transformer leur propre nourriture afin d’être plus autonomes et d’avoir accès à une alimentation saine et écologique malgré leur budget très réduit. Ils ont installé une ferme de polyculture élevage sur une surface de vingt hectares et ont rapidement compris que cette opération nécessitait de pouvoir transformer leurs récoltes pour en faire des aliments savoureux. Emmaüs a alors noué un partenariat avec le Réseau Semences Paysannes qui a l’expérience nécessaire des aspects techniques et organisationnels afférents à la transformation et à la cuisine de produits fermiers.

La Fondation Ekibio a décidé d’aider au financement de la formation « Cuisiner avec des produits issus de semences paysannes » qui a notamment pour but d’enseigner la transformation de fruits et de légumes (pressoir à fruits, pasteurisation de jus, lacto-fermentation et conserverie), la panification bio avec des levains naturels (maîtrise du fournil, pétrissage, maintien et renouvellement du levain). Le programme ambitionne aussi d’apprendre aux responsables de la cantine du site à composer des assiettes végétariennes équilibrées et de saison (association céréales/légumineuses…), à cuisiner de manière savoureuse les produits de la ferme en restauration collective (avec des plantes-condiments), à préparer les variétés paysannes et des produits issus de la biodiversité cultivée (maïs, panais…). Ce programme d’envergure avec les compagnons d’Emmaüs s’inscrit parfaitement dans les objectifs de la Fondation : promouvoir les savoir-faire nécessaires pour cuisiner de manière écologique, saine et bio et ce pour toutes les catégories de la population, y compris avec un budget très serré.

Share Button

Rangement contre gaspillage

Fondation-ekibio-NL6-03-gaspillage

   Chaque jour – souvent sans y penser – nous rangeons dans les placards, les étagères et le frigidaire de la cuisine des aliments. Ces gestes anodins accroissent ou réduisent notre impact, tant sur l’environnement que sur notre porte monnaie : laisser se dégrader des aliments frais au fond d’un placard ou d’un réfrigérateur est l’un des gaspillages les plus fréquents. Aussi l’adoption de bons réflexes peut-elle réduire nos factures de 500 à 1500 euros par an. C’est dire la grande valeur des conseils qui suivent ! Au réfrigérateur mettez les produits achetés au fond et les moins récents en évidence devant pour les consommer en priorité (premier arrivé premier sorti). De même placez en bas du frigidaire les fruits et les légumes (périssables, mais qui perdent leur goût à température trop basse), puis le poisson et la viande à l’étage au dessus. Au milieu et en haut se trouveront les oeufs, les produits laitiers, les restes, la charcuterie, les gâteaux. Quant à la porte, elle est réservée aux produits moins sensibles : moutarde, confiture, beurre et boissons.

   Soyez particulièrement attentifs à la délicate conservation des restes : les pâtes se conservent 48 heures, les légumes cuits 24 heures et la viande cuite 48 heures maximum. Quant au congélateur, pour y voir plus clair disposez les produits dans des boites ou emballages hermétiques en indiquant sur les plats maison la date de péremption : viandes et poissons gras pourront se conserver 6 mois et jusqu’à 9 mois s’ils sont maigres. Comptez jusqu’à 18 mois pour les fruits et légumes. Enfin rappelez-vous de ne jamais recongeler les aliments décongelés. Vous le saviez mais cela va mieux en le disant !

Share Button

Toques éthiques

Fondation-ekibio-NL6-04-toques-ethiques

Six équipes de trois à quatre cuisiniers amateurs chapeautées par un professionnel relèvent un défi : confectionner un plat ou un dessert ayant un faible impact écologique tout en respectant un budget. Tel est le pitch des « Toques éthiques », une initiative pleine de bon sens à l’heure où une partie importante de la solution à la crise climatique tient en réalité dans notre assiette. Nos parrains Laurence Salomon et Claude Aubert et notre amie Christine Viron (La Bio d’Ici) sont impliqués dans ce projet aussi pertinent que savoureux.

Il s’agit de montrer tout le potentiel qu’offre la cuisine écologique y compris pour les petits budget. Mais pour s’orienter vers les bonnes pratiques culinaires, encore faut-il connaître les savoir-faire nécessaire, cela n’a pas échappé aux organisateurs. Recrutés dès le mois de juin les candidats doivent se former avant d’entrer en scène. Nutritions, ateliers de cuisine économe, sensibilisation aux circuits courts, tour de mains etc… Sortis de cet mini-formation, les cuisiniers amateurs doivent avoir fait le tour de tous les aspects de la cuisine écologique et saine.

Fin septembre ils sont entrés en cuisine pour l’heure de vérité. Le verdict a été rendu tant du point de vue de l’environnement que sur des critères gustatifs : la Toque d’Or et le Prix du public ont été remis aux « Inséparables  » et leurs « Quenelles de truite et velouté façon Pachna ». La Toque d’Argent a été remportée par les « Agitateurs de papilles » et leur « Infusion gourmande des cimes ». Qu’on se le dise : sans plaisir gustatif pas de changement de comportements !

Pour en savoir plus : http://www.prioriterre.org/ong/particuliers/a3432/le-climat-dans-nos-assiettes.html

Share Button

Sur les traces des aliments écologiques

La bande annonce de « Regards sur nos assiettes » est prometteuse : six étudiants en géographie et ingénierie d’espace rural remontent les filières de plusieurs aliments. Ils découvrent d’une façon spontanée l’envers de l’assiette et étudient les impacts de nos choix de consommation. Le spectateur se laisse porter par la fraîcheur et le détachement de ce documentaire qui, pour ne rien gâcher, ne s’interdit pas l’humour.

 

Share Button